LE_REFUS_DE_SE_SOUMETTRE.jpg

4_IEME_DE_COUVERTURE.jpg

PREFACE DE BERNARD THIBAULT

Un passage de témoin réussi

Gilbert Gaubert a décidé de raconter sa vie. Il ne le fait pas, comme tant d’autres malheureusement, parce qu’il aurait un ego démesuré. Loin de là. Gilbert a subi une répression patronale d’un type particulier, une répression que l’on se résout enfin à nommer aujourd’hui, alors que bien souvent, auparavant, elle était cachée. Il s’agit du harcèlement Une situation qui l’a conduit au bord du gouffre et que raconte avec pudeur et émotion ce militant ouvrier. Gilbert a voulu transmettre et léguer. A ce titre –mais pas seulement- ce livre est une plongée dans la réalité de la classe ouvrière de la fin du 20eme siècle. Son père est engagé dans le maquis (FTPF) et les premières années du petit Gilbert (il est né en 1940) sont marquées par la guerre. Ensuite, c’est la vie d’un enfant, issu d’une famille modeste, dans les campagnes françaises des années cinquante, puis, après l’école le travail où Gilbert apprend le métier de tuyauteur qu’il exercera aux quatre coins du monde. Gilbert nous raconte alors sa rencontre avec le monde du travail ouvrier, l’apprentissage du militantisme, les combats qu’il mène contre le patronat et pour de véritables formations professionnelles. La découverte de la lutte à grande échelle avec le formidable mouvement de mai juin 68. Son engagement sans faille au sein de la CGT pour se défendre soi même et défendre les autres. Un engagement qu’il payera dans sa chair. Par delà la défense des autres, Gilbert a une curiosité insatiable. Quand il voyage, que ce soit professionnellement ou pour le tourisme, il veut découvrir, apprendre, se coltiner à la réalité du monde, des peuples. Comprendre, en un mot. Il est des premiers combats à Fos sur Mer, dont il organise l’un des premiers blocus. Il se bat avec courage et constance contre le harcèlement dont il est victime, allant jusqu’à mener une grève de la faim devant le tribunal des prud’hommes. Une lutte relatée, contée au jour le jour par le quotidien La Marseillaise sous la plume du journaliste Jean-Claude Izzo, devenu l’écrivain de talent que l’on sait et, malheureusement trop tôt disparu. Malgré les vicissitudes, les doutes, l’envie d’en finir aussi, ce livre de Gilbert Gaubert est un livre d’espoir. Espoir dans les temps présents. Espoir dans l’avenir. Gilbert est un passeur. Et son passage de témoin mérite amplement d’être lu.

Bernard Thibault, secrétaire général de la CGT